[Guide] Comment monter facilement un mini studio broadcast ?

A travers ce guide, nous allons voir comment diffuser facilement vos présentations, réunions et autres vidéos en direct sur Internet. Les produits que nous avons sélectionné vous permettent d’encoder le son et l’image sans faire de concession sur la qualité. Une fois la configuration en place, vous n’aurez plus qu’à vous concentrer sur les contenus. Les solutions AVer, Roland et Theatrixx concernées et dédiées à un studio broadcast s’occupent de tout.

Pourquoi monter un studio broadcast ?

Vous avez décider de diffuser vos contenus vidéo sur Internet, sur Facebook Live ou YouTube par exemple. Bien entendu, vous pouvez continuer à utiliser la webcam et le micro de votre ordinateur portable ou bien ceux de votre smartphone. Techniquement, ça fonctionne. Mais d’une part, la qualité ne sera peut-être pas au rendez-vous, d’autre part, les possibilités de cadrage et d’enregistrement audio multi intervenants seront très limitées, voire inexistantes.

Pour cela, il vous faut une caméra de qualité, un micro et un pupitre pour contrôler ces deux éléments. Ils vous serviront à capter le son des intervenants en passant de main en main, mais aussi à modifier le point de vue de la caméra, à zoomer, etc. Même pour une personne seule, ce type de configuration est intéressant pour améliorer la qualité perçue des vidéos, et pour pouvoir passer facilement d’un cadrage à un autre, ou d’une caméra à une autre.

Les éléments nécessaires pour un mini studio

L’élément primordial, c’est la caméra. Dans la gamme AVer, vous trouverez différents modèles que nous vous avons déjà détaillé sur le blog. Avec des motorisations PTZ, ils disposent un zoom plus ou moins puissant et d’une qualité de captation pouvant aller jusqu’à la 4K.

AVer PTZ330 et PTZ310 : deux caméras professionnelles motorisées à la mise au point ultra rapide

Ensuite, il y a le micro. Ce dernier devra être sélectionné selon les besoins. S’il peut être dans le champ de la caméra, ce sera un micro cravate ou un micro main. Hors du champ, il sera monté sur une perche par exemple. Le type de capsule devra correspondre à l’usage recherché, pour une captation large des ambiances ou au contraire très fine de la voix en rejetant tout bruit extérieur.

A lire également :   [Dossier] Qu'est-ce que le projection mapping ?

Le pupitre de contrôle AVer CL01 a pour but de piloter la ou les caméras. Il rassemble les fonctions de zoom et de déplacement. Il permet de rappeler en un appui des cadrages pré-enregistrés. Enfin, il peut piloter plusieurs caméras simultanément.

AVer CL01 : un contrôleur de caméras PTZ très pratique

Le mélangeur vidéo Roland est nécessaire lorsqu’il y a plusieurs caméras et un ou plusieurs micros. Ces éléments vidéo et audio sont connectés au mélangeur. C’est depuis ses commandes que l’on bascule d’une caméra à une autre, d’un micro à un autre. Le mélangeur gère également les niveaux audio et applique des transitions lors d’un changement de plan.

Enfin, l’encodeur Theatrixx va transformer le flux audio/vidéo final en un flux IP prêt à partir sur les réseaux. Il peut être physique et prendre la forme d’un serveur de streaming. Ce boîtier est alors équipé d’une entrée audio/vidéo. Il existe également sous forme logicielle. Dans ce cas, il est installé sur un PC et nécessite un mélangeur équipé d’une connexion USB. La solution open source OBS est tout à fait indiquée pour cet usage.

Transportez facilement vos flux vidéo sur IP grâce à l'interface Theatrixx TXVV-VDO2IP-T1

Configuration n°1 : une caméra, un serveur de streaming

Pour cette première configuration de studio interne, la solution reste simple avec une seule caméra et un micro. La diffusion vers le web passe par l’encodeur Theatrixx. Avantage de poids : il n’y a besoin d’aucun ordinateur pour ce petit studio.

Configuration n°2 : plusieurs caméras, un mélangeur vidéo HDMI, un serveur de streaming

Dans ce deuxième exmple, il y a plusieurs caméras et donc l’apparition d’un petit mélangeur vidéo et audio. Le pupitre de contrôle reste présent pour gérer les motorisations des deux caméras. L’encodage reste confié au serveur de streaming Theatrixx.

Configuration n°3 : plusieurs caméras, un mélangeur vidéo USB, un logiciel d’encodage IP

Dernier exemple, le plus complexe mais aussi celui offrant le plus de possibilités. Le mélangeur est plus évolué avec une sortie USB pour une liaison avec un ordinateur. C’est le logiciel OBS qui va gérer le flux IP et ajouter d’autres fonctions comme le fenêtrage. Ce type de système est très proche de ce qui peut se faire dans un grand studio broadcast.

Créez le studio broadcast qui vous ressemble

Ces quelques configurations nous ont permis de vous montrer différentes combinaisons avec des produits tous présents au catalogue EAVS. Vous pouvez bien sûr varier les caméras, utiliser vos propres micros, etc. Il est intéressant de voir qu’avec très peu d’éléments on peut monter un studio dont le résultat à l’image sera proche d’un studio professionnel en termes de plans, de transitions et de qualité de captation du son.

A lire également :   [Dossier] Qu'est-ce que le SDI ?

N’hésitez pas à nous contacter si vous envisagez de créer votre premier studio. Nous pourrons alors vous accompagner dans la définition des besoins et vous orienter vers la meilleure configuration, sûrement différente des exemples présentés ici.

Plus d’infos : EAVS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.