La prochaine génération de connecteurs USB : L’USB 3.1, qui passe de 5 à 10 gigabits/s, va très prochainement entrer en production : l’arrivée de connectiques réversibles sur les terminaux mobiles et autres appareils, y compris les ordinateurs, n’est donc plus qu’une question de mois.

USB 3.1

L »USB IF, qui s’occupe de la norme, a annoncé que le connecteur de Type C était finalisé. Pour les utilisateurs, ce dernier point est bien plus intéressant que le gain en débit, étant donné que les périphériques sont rarement capables de saturer de l’USB 3.0 classique.

La connectique USB 3.1 est en approche : sa finalisation vient d’être officialisée, et les connecteurs et autres câbles sortiront prochainement des usines de production. « Les acteurs des industries du PC, du mobile, de l’automobile et des objets connectés sont venus frapper à notre porte pour anticiper l’arrivée de cette nouvelle norme » a commenté Brad Saunders, le président de l’USB 3.0 Promoter Group.

USB 3

Un connecteur compact, réversible et symétrique

Le design de l’USB 3.1 s’est dévoilé en avril dernier et a confirmé les attentes et le nouveau connecteur de Type C est intéressant sur plusieurs points :

  • D’abord, il est compact, à la manière du micro USB 2.0 de Type B. C’est un point important : la largeur et la fragilité du connecteur micro USB 3.0 ont empêché son adoption massive en dehors des disques durs. La nouvelle connectique est plus petite, et se rapproche du micro-USB. L’objectif est de s’adapter « à des produits plus minces » tout en «améliorant la facilité d’utilisation » et en « préparant le terrain de l’évolution des performances des futures versions de l’USB. »
  • Ensuite, il est réversible : la fameuse blague des trois sens de l’USB n’aura plus lieu d’être. Concrètement, les connecteurs sont doublés en interne et on peut donc brancher le connecteur dans n’importe quel sens, une avancée majeure : plus besoin de chercher le bon sens pour brancher un appareil ou un câble.
  • Enfin, la connexion est symétrique : il n’y a qu’un connecteur de Type C, qui se connecte indifféremment du côté du « maître » ou du « périphérique ». C’est assez logique : les appareils actuels peuvent souvent fonctionner avec les deux rôles (l’exemple type est le smartphone) et l’électronique est adaptée, ce qui n’était pas le cas au lancement de l’USB dans les années ’90.
A lire également :   Opticis M2-100 : un câble USB optique jusqu'à 40 mètres

USB 3.1

Différent du Lightning

Si la logique est la même que le Lightning d’Apple, le fonctionnement est assez différent. Apple utilise des pistes externes et (re)configurables alors que l’USB 3.1 de Type C utilise des contacts internes et que les pistes sont à l’intérieur de la prise.

USB 3.1
Les constructeurs vont désormais devoir intégrer cette connectique à leurs nouveaux produits, mais également faire le nécessaire pour assurer aux utilisateurs une transition en douceur. La norme USB 3.1 ne sera pas compatible avec l’USB 2.0/3.0 actuellement présent sur les machines dont disposent les technophiles, mais des adaptateurs sont prévus : on peut penser à des câbles vers une prise femelle de Tye A (pour brancher des périphériques à un smartphone) mais aussi des câbles Type C vers micro USB de Type B, plus de détails seront donnés en septembre prochain à l’occasion d’une conférence à destination des développeurs, qui se tiendra à Seattle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.